Un excellent article à votre disposition dans le numéro de Porphyre du mois de juin 2017.

« Je ne veux surtout pas que l’on pense que j’ai repris mes études parce que le métier ne me plaisait pas !», affirme Pauline Décloitre, pharmacienne à Clermont-Ferrand (63). Les préparateurs qui deviennent pharmaciens ne choisissent pas de « faire pharma » parce qu’ils ne supportent plus leur métier de « prép ». Bien au contraire. « Je connaissais la réalité du monde de l’officine, le contact avec les patients, notre rôle de conseil et d’accompagnement. J’ai repris les études par passion », expose Emmanuelle Tonneau-Pflug, pharmacienne à Marseille (13).
 
Voilà comment débute cet article qui explique pourquoi et comment après avoir obtenu son BP de préparateur ont peu choisir de devenir pharmacien.
Les mots  » Se creuser la cervelle »  » Avoir des responsabilités »  » Aiguiser sa curiosité »  » Avoir sa propre pharmacie et être son propre patron » , autant de témoignages à lire et à découvrir pour se dire : pourquoi pas moi ?
Extrait article Porphyre :
24 facultés de pharmacie en France. Elles ouvrent aussi à d’autres professions ou lieux d’exercice : hôpital, industrie, recherche, institutions (ARS, Sécu…)…
Les études.
Depuis 2010-2011, l’organisation est conforme à la réforme européenne LMD (licence-master-doctorat). Après le concours de première année, l’étudiant effectue deux ans de licence puis deux ans de master. À l’issue de la cinquième année, il opte pour un cycle d’un an en officine ou en industrie – la sixième année –, au bout duquel il soutient une thèse d’exercice pour obtenir le diplôme d’État de docteur en pharmacie, ou pour un cycle long de quatre ans, où il est interne en biologie, pharmacie hospitalière ou recherche, après le concours de l’internat, lui aussi très sélectif.
Les stages :
six semaines après le concours ; deux de deux semaines en troisième et quatrième années ; cinquième année hospitalo-universitaire partagée entre fac et stage à l’hôpital (200 € mensuels) ; un stage professionnel en officine ou en milieu industriel de six mois en sixième année rémunéré (500 € environ par mois).
Bonne lecture